Les masques en tissus mis sur la touche…

En début de semaine, j’ai eu le plaisir d’accorder une interview à Aurore, journaliste à Libération. Elle souhaitait avoir un témoignage concernant la création de masques en tissu depuis le 1er confinement en mars 2020 et avoir un retour concernant l’annonce récente sur les masques en tissus qui ne seraient maintenant plus efficaces s’ils ne sont pas certifiés…

Je vous laisse le découvrir, laissez moi vos impressions, vos commentaires et vos avis juste en dessous !

Variant : masques en tissu écartés, couturiers déprimés

Par Aurore Savarit-Lebrère  20 janvier 2021 à 07:38

Masques de protection en tissu en mai 2020Masques de protection en tissu en mai 2020 Photo Geoffroy Van Der Hasselt.Afp 

Face au nouveaux variants du Covid-19, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) estime que le masque en tissu artisanal sans certification, filtrant à 70%, ne fait plus le poids. Une nouvelle déception pour les adeptes du fait main, dont la plupart ont pourtant été réquisitionnés durant la pandémie pour fabriquer des masques.

S’ils ont bien rendu service jusqu’à présent, par souci d’économie, d’écologie ou d’esthétisme, les masques en tissu sont désormais remis en question. Avec l’arrivée en France de nouveaux variants du Covid-19, le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) recommande désormais de favoriser les masques en tissu réutilisables de catégorie 1, filtrant à plus de 90%, ainsi que les masques chirurgicaux, jugés encore plus efficaces, mettant au rancart les masques fabriqués à la maison et de catégorie 2. Pour cause, ils filtrent moins et aucun «contrôle de performance» n’est établi pour les masques réalisés de manière artisanale. «Le masque artisanal qu’on fabrique chez soi […] n’offre pas toutes les garanties nécessaires», a résumé le ministre de la Santé, Olivier Véran mardi. Préconisant à la place «la quasi-totalité des masques industriels grand public.»

Le tuto, encore disponible, publié sur le site du gouvernement, pour faire des masques artisanaux «dans le respect des spécifications de l’AFNOR (Association française de normalisation)» ne sera donc plus vraiment utile pour ceux qui n’iront pas jusqu’à faire labelliser leur masque. Au grand dam des petites mains qui s’étaient jusqu’à présent mobilisées pour en fabriquer. Suzette Fernandes, présidente des Hirond’ailes, une association caritative située à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), qui en a produit des milliers se sent perdue. «On voulait vraiment rendre service et les gens les prenaient par nécessité, parce que les uns ne savaient pas coudre et puis d’autres n’avaient pas les moyens. Et il y a eu un grand élan de solidarité, alors on a essayé de faire au mieux d’en distribuer aux personnels des hôpitaux, ou des maisons de retraite pour leur faire plaisir et parce qu’ils le méritaient bien quand même. Mais maintenant c’est vrai que je me sens quelque part démunie face à toutes ces informations qui, certaines fois, se contredisent entre elles», explique Suzette.

Céline, responsable d’une boutique de prêt-à-porter, qui jusqu’à présent, réalisait ses masques elle-même se dit néanmoins prête à respecter les recommandations. «A titre personnel, je suis obligée professionnellement d’utiliser les masques qu’ils préconisent, et si le gouvernement impose certains masques, on sera tous obligés de suivre», concède-t-elle. «Au travail de toute façon, je porte les masques chirurgicaux, parce qu’on se doute bien que l’efficacité n’est pas forcément optimale quand ils sont faits maison.» Mais Céline pointe du doigt la perte de nombreux avantages. «J’ai pas mal de tissus à la maison donc je pouvais en fabriquer plusieurs et ça revenait moins cher, et puis il faut aussi penser aux gens qui n’auront pas les moyens et à l’impact écologique.»

Certification impossible

La présidente de l’association Hirond’ailes dénonce également le manque de recommandations du gouvernement en amont ainsi que le prix de la certification des masques en tissu. «J’ai quand même un petit reproche à faire, c’est que quand on a acheté les tissus, on aurait quand même pu nous donner toutes les informations. On achetait toujours le fil le plus serré pour ne pas laisser passer le virus mais on n’avait pas toutes les normes. Et puis pour les faire certifier par l’AFNOR, ça coûte plus de 1000 euros, alors comment voulez-vous qu’une petite association qui vit de trois fois rien puisse payer autant», interroge-t-elle.

Julie, ancienne ingénieure en environnement, et fondatrice depuis 2014 de la marque de création de textile artisanale et zéro déchet Zumeline, basée à Juvisy-sur-Orge (Essonne), s’est également lancée dans la création de masques en tissu au début de la pandémie et a rencontré les mêmes difficultés. «Pendant le confinement, j’ai réalisé des masques pour les EHPAD et les soignants. Nous avions alors suivi le modèle de masque qu’avait sorti l’hôpital de Grenoble. Puis, on a dû changer ceux qui avaient une couture au milieu, parce que le virus pouvait passer et finalement, on a dû se baser sur des masques à plis recommandés par l’AFNOR. C’était compliqué, mais on a quand même été autorisés à les commercialiser sans devoir payer plus de 1000 euros.»

Les masques les plus sûrs restent actuellement les FFP2 selon le HCSP mais le gouvernement préconise de les laisser aux soignants qui sont les plus exposés. Leur efficacité dépend de la façon dont ils sont portés. Et leur prix reste bien plus élevé que celui des masques chirurgicaux.

Aurore Savarit-Lebrère

Swap couture #2 Noël et paillettes

Suite au succès du Swap des couturières #1 de la rentrée 2020, je relance l’aventure !

Cette fois ci, je vous propose un swap sur le thème de Noël et des paillettes. Car il faut se l’avouer, mettre des paillettes dans sa vie, surtout en ce moment, c’est fun, réconfortant, brillant, génial, trop bien ! Bref, je vais kiffer et vous aussi !

Pour celles qui découvrent le blog ou le concept, je vous fais un petit rappel sur ce qu’est un SWAP. Ce mot anglais signifie « échanger ». Il s’agit donc d’échanger avec un quelqu’un un « colis » avec plusieurs objets, sur un thème défini.
swap noel couture paillettes zumeline
1Pour ce deuxième swap de couture sur le thème de Noël, je vous propose de composer notre petit colis avec les objets suivants :
  • 1 projet couture (2h maximum), avec des paillettes (ça peut être un détail, un ruban,… pas nécessairement le tissu)
  • 1 coupon de tissu (50 x 50 cm) environ
  • 1 tutoriel ou un patron de couture format papier (pas forcément payant, cela peut être un petit magazine, faites en fonction de vos gouts)
  • 1 thé « surprise » (environ 100g en vrac par exemple)
  • 1 gourmandise (ce que vous voulez, version sucrée ou salée)
  • 1 petit goodies sur le thème de Noël et/ou des paillettes (une surprise quoi 😉)
  • 1 carte ou un petit mot

Mais attention, cette fois-ci, ce sera un swap « surprise » ! Chacune prépare un colis mais sans savoir qui le recevra ! Lors de notre échange en janvier, le tirage su sort se fera en direct et on offrira notre paquet à celle qu’on aura tiré au sort !

Alors, partantes pour ce nouveau swap ?

Si oui, inscrivez vous juste en dessous dans les commentaires en indiquant les informations suivantes :

  • Prénom
  • Age
  • Ville
  • Profession
  • A quel point vous mettez des paillettes dans votre vie

Inscriptions jusqu’au 10 janvier 2021. Echange des colis après le 20 janvier, la date est à définir en fonction de l’évolution de la situation sanitaire !

Le swap des couturières #1 rentrée 2020 : les colis !

En juillet dernier, j’avais lancé l’idée de faire un swap de couture sur le thème de la rentrée avec les participantes de mes ateliers couture. Après avoir reçu les « candidatures », j’ai donc effectué un tirage au sort pour former les binomes, c’est à dire les swappées qui échangeront leur paquet à l’issue du swap.

Nous nous sommes retrouvées mi octobre lors d’un diner pour échanger nos swaps (oui à cette époque nous pouvions encore voir les copines au restaurant….).

 

swap atelier couture zumeline juvisy

Voici les binomes des swappées suite au tirage au sort !

  • Elisabeth – Julie
  • Michèle – Anne Claudine
  • Jacqueline – Julie
  • Edwige – Muriel
  • Christel – Audrey
  • Samantha – Christel – Julie

Je vous laisse découvrir le contenu des swaps juste en dessous !

swap atelier couture zumeline juvisy cadeau tissu
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau tote bag
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau goodies
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau pochette paille
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau masque
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau julie
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau surprise
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau masque yeux
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau pochette livre
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau lingettes
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau japon
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau rentrée
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau lingettes
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau goodies
swap atelier couture zumeline juvisy cadeau creations

Inutile de préciser que ce 9 octobre, jour de la remise des swaps, a été un Noël avant l’heure ! Et dans le contexte actuel, évidemment, ça a fait beaucoup de bien au moral !

En plus de leur joli paquet, les participantes du swap sont reparties avec une baguette en bois (vous savez, pour avoir des angles parfaits) taguée « swap rentrée 2020 » et une broche « octobre rose », le tout fait par mes petites mains !

Inutile non plus de préciser que j’ai adoré ce 1er swap, et que le prochain arrive très vite sur le thème de Noël ! Je vous en dis plus très très vite dans un prochain article !

Swapeusement,

Julie

Swap des participantes aux ateliers couture Zumeline

 Avec les nombreuses participantes aux ateliers couture Zumeline, je me disais qu’il serait très chouette d’organiser un swap de couture sur le thème de la rentrée.
 

Mais avant tout, qu’est-ce qu’un swap ? Ce mot anglais signifie « échanger ». Il s’agit donc d’échanger avec un quelqu’un un « colis » avec plusieurs objets, sur un thème défini.

 

Pour ce premier swap de couture sur le thème de la rentrée, je vous propose de composer notre petit colis avec les objets suivants :
  • 1 projet couture (2h maximum)
  • 1 coupon de tissu (50 x 50 cm) environ
  • 1 tutoriel ou un patron de couture format papier (pas forcément payant, cela peut être un petit magazine, faites en fonction de vos gouts)
  • 1 thé « surprise » (environ 100g en vrac par exemple)
  • 1 gourmandise (ce que vous voulez, en fonction des gouts de votre swappée)
  • 1 petit goodies sur le thème de la rentrée (une surprise quoi 😉 )
  • 1 carte ou un petit mot

Une fois que les participantes ce sont inscrites, je ferai un tirage au sort pour désigner des binômes qui feront le swap ensemble. Vous pourrez par la suite, dans votre binome, échanger, papoter, vous présenter,… pour connaître un peu plus votre swappée et lui préparer un colis qui lui fera plaisir à coups surs !

De mon côté, je fais des swaps sur le thème de la lecture depuis plusieurs années avec mon amie Isabelle du blog de lecture Bibliza. J’aime préparer avec attention le colis pour ma « swappée », chercher le livre ou la surprise qui lui fera plaisir.

swap zumeline

Vous pourrez avoir un aperçu des swaps auxquels j’ai participé sur mon blog :

Alors, partante pour tenter l’aventure ? Si oui, inscrivez vous juste en dessous dans les commentaires en indiquant les informations suivantes :

  • Prénom
  • Age
  • Ville
  • Profession
  • Niveau de couture
  • Couleur préférée

Inscriptions jusqu’au 30 juillet 2020. Echange des colis à la rentrée, date à définir (si possible lors du repas de rentrée des couturières).

Quel prix pour un masque anti-projection en tissu fait main ?

Le 13 avril dernier, notre président a annoncé la fin du confinement pour le 11 mai. Mais il a également annoncé le port du masque de manière systématique. Alors, comment faire pour que la majorité des Français soient équipés dans un mois ? En faisant appel à ceux qui savent coudre, qui ont une machine à coudre et des fournitures nécessaires.

port du masque obligatoire

Du bénévolat pour nos héros aux commandes de particuliers

Dès le début du confinement, j’ai joué la carte de la solidarité en cousant des masques de manière bénévole pour les soignants et toutes les personnes qui allaient sur le terrain et qui étaient exposées. Nous avons monté un réseau de bénévoles dans l’Essonne pour apporter du matériel et des dons aux établissements de santé dans le besoin, notamment les petites structures, EHPAD, ou autres. Au total, j’ai cousu plus d’une centaine de masques bénévolement.

Masques réalisés pour l’EHPAD Domusvi de Viry Chatillon
article presse zumeline journal ville juvisy solidarite coronavirus
Article à retrouver dans le Juvisy Info de Avril Mai 2020

Et puis les demandes de masques ont augmentées de manière significative, et toutes les couturières autour de moi (moi y compris) ont été prises d’assaut pour coudre des masques pour les particuliers, avec des dizaines de demandes par jour. Il fallait donc que je puisse proposer des masques pour le grand public et utilisable par tous et pour tous.

Passer ce cap n’a pas forcément été facile et a engendré beaucoup de critiques sur les réseaux sociaux car nous souhaitions « vendre » ces masques. Car dans l’esprit de beaucoup de gens, en vendant des masques nous devenons des « opportunistes » qui souhaitent juste profiter des besoins des gens et de la peur de la population. Si seulement vous saviez…

Des critiques qui font mal

Mais ces gens qui sont (très) agressifs sur les réseaux sociaux ne se rendent pas compte que c’est notre travail. Nous sommes auto-entrepreneurs ou gérant d’une société, nous n’avons pas d’autres rémunération et cette période de confinement est très mauvais pour nos activités (car les aides de 1500€, il ne faut pas se leurrer, nous n’y avons pas le droit…). Il n’est pas possible de nous demander de travailler gratuitement pendant des semaines.

Se faire critiquer, se faire agresser parce que l’on fait juste son travail et qu’on essaie de faire survivre son entreprise pour avoir de la trésorerie pour payer toutes les charges (et je ne parle pas d’un salaire !), se faire lyncher alors qu’à côté on mène plein d’actions bénévoles pour venir en aide aux personnes dans le besoin… Et bien ça fait mal au cœur !

Pendant ce temps passé à faire des masques et à gérer toutes les actions bénévoles, je ne m’occupe ni de mes enfants (qui ne comprennent pas pourquoi je ne suis pas disponible pour eux alors qu’ils sont à la maison) ni de mon entreprise (j’ai laissé toutes les commandes de côté, j’ai du retard sur l’administratif, …).

Tout travail mérite salaire…

Dans notre culture, on entend souvent un dicton qui dit « tout travail mérite salaire ». Et pourtant, en ce moment, j’entends beaucoup de remarques concernant le travail des couturières qui fabriquent des masques des masques de protection en tissu et qui les font payer. La question que je me pose et qui parait logique suite au dicton cité ci-dessus, c’est « pourquoi le travail d’une couturière ne mériterait pas de salaire ? »

Encore récemment sur un groupe Facebook, quelqu’un demandait où trouver des masques dans les environs, et une autre personne s’est empressée de répondre « surtout, ne les payez pas plus de 2 ou 3 € »… Et pourquoi ?

En allant chez le boulanger on ne lui demande pas de vendre son pain moitié prix pour cause de solidarité ? Ni chez le boucher ou dans d’autres commerces.

Mais finalement, quelle est la valeur d’un masque ?

Les masques en tissu que je vends (et c’est le cas pour toutes les autres couturières qui en vendent et qui font un travail en toute légalité et déclaré !) ont une valeur et dans le prix que nous en demandons, il faut compter tout cela (oui oui, TOUT cela, lisez bien) :

  • La matière première (2 morceaux de tissus en coton + les élastiques+ le fil)
  • Les outils nécessaires (usure de la machine à coudre + électricité)
  • Les charges (je suis en autoentreprise donc c’est 14% environ)
  • Le temps passé à réaliser un masque (entre 15 et 20 minutes par masque)
  • Les échanges avec les clients pour le choix des coloris (c’est facilement 5 à 10 mn par commande)
  • La livraison éventuelle chez le client ou la préparation de l’envoi par la poste (et donc encore du temps passé)
  • Les frais de transaction lorsque l’achat se fait sur paypal par exemple
  • Les frais d’entreprise (assurance, communication, matériel,…)
  • Et surtout, le savoir-faire (c’est-à-dire avoir un masque joli, avec des coutures propres et qui tiennent, des fils coupés, …)

(et je ne parle pas de la marge…)

Et donc toutes ces choses à prendre en compte valent moins de 5€ dans la tête de certains (et si on prend juste le smic horaire, le temps passé à un masque représente déjà 3€). Pourquoi alors nous, les couturières, nous ne pourrions pas vivre de notre travail ?

masque de protection en tissu zumeline fait main juvisy

Ne soyez donc pas choqués de voir des propositions à 8, 10 ou 15€ par masque ! C’est aussi cela de soutenir l’artisanat français !

Les masques en tissu, du durable !

Je peux totalement comprendre que pour équiper une famille entière (2 adultes et 2 enfants), ça fait un budget que certains ne peuvent pas forcément mettre (ceci dit, aller voir un fil dans un cinéma dernier cri à plus de 10€ la place ne les dérangeait pas plus que ça avant le confinement). Mais il faut considérer cela comme un investissement et pas comme un achat éphémère.

Les masques barrière anti-protections sont lavables et donc réutilisables ! Ils serviront donc pour gérer la fin de cette crise sanitaire mais également par la suite à chaque fois que vous serez malades et que vous devrez sortir de chez vous et croiser d’autres personnes.

Et vous faites vivre l’artisanat local, vous faites vivre les créateurs, vous faites vivre le made in France, vous faite vivre les petits commerces, et ça aussi, c’est durable !

Quel est le prix d'un masque barrière anti-projection fait main ?

Et pour toutes ces raisons, payer une dizaine d’euros pour se protéger et protéger la vie d’autrui, ce n’est rien, n’est-ce pas ?

Je serai évidemment ouverte à tout échange avec vous sur le sujet dans les commentaires !

Comment bien utiliser un masque en tissu anti-projections ?

Précédemment sur le blog je vous présentais mon tuto pour réaliser un masque en tissu anti-projections et plus récemment je vous expliquais pourquoi et comment se protéger avec un masque en tissu. Mais l’utilisation d’un masque demande tout de même de respecter quelques consignes, je vous explique tout ci-dessous !

masque de protection en tissu zumeline fait main juvisy

Je le répète, le masque en tissu n’est pas un dispositif médical. Mais cependant, comme il constitue un geste barrière, certaines règles sont à respecter pour une bonne utilisation du masque en tissu :

  • Je me lave les mains avant de porter un masque en tissu (avec de l’eau et du savon ou bien un gel hydroalcoolique)
  • Je mets le masque correctement sur mon nez et ma bouche
  • Je ne touche pas le masque une fois que je l’ai mis ou bien je me lave les mains à chaque fois que je le touche
  • Pour retirer le masque, je ne le touche pas et je le retire par les élastiques
  • Si mon masque devient humide, je le remplace par un nouveau masque
  • Je me lave les mains une fois que j’ai retiré le masque
  • Je ne mets pas mon masque sur mes cheveux (ce n’est pas un bandeau !!!) ni sur mon menton lorsque je ne m’en sers pas (sinon, les microbes s’étalent partout !!)
  • Je porte mon masque en tissu pendant maximum 4 heures. Ensuite, il faut le changer !

Pour les conseils d’entretien du masque en tissu, voir la rubrique ci-dessous !

Quels sont les conseils d’entretien d’un masque en tissu ?

Le meilleur conseil que je peux vous donner est de laver votre masque en tissu après chaque utilisation, c’est-à-dire, à chaque fois que vous rentrez de l’extérieur et que vous l’avez porté.

Pour le laver, il suffit de le passer à la machine à laver à 60°c (avec le reste de votre linge sans soucis). Mais vous pouvez également le faire bouillir tout simplement dans une casserole dans votre cuisine et le laisser sécher.

entretien masque tissu

Et ne soyez pas trop exigeants ! Nous faisons de notre mieux pour vous approvisionner en masques. Mais nous aussi nous sommes en confinement, nous manquons parfois de tissus et d’élastiques et nous faisons avec les moyens du bord pour contourner certains manques. Si votre masque est un peu grand, il peut facilement être réajuster au niveau de l’élastique avec un noeud ou un point de couture à la main (si si, c’est facile !).

Attention par contre : il faut qu’il soit totalement sec avant de le porter une nouvelle fois ! Enfin avec la chaleur qu’il y a en ce moment, ce n’est pas du tout un problème !

Les masques en tissu, un accessoire de mode ?

Après le confinement, le masque deviendra sans doute obligatoire ou du moins fortement conseillé pour l’ensemble de la population. Alors du coup, il va devenir un accessoire de mode à part entière quand il sera question de sortir dans la rue, de prendre les transports en commun et de retourner à une vie sociale active.

Pourtant, il y a quelques semaines, je disais à l’une de mes clients que non, ce n’était pas un accessoire de mode et qu’il ne fallait pas en attendre plus qu’une protection, une barrière anti-microbes. Et je le crois toujours !

Il ne faudra pas oublier les gestes simples et ne pas croire qu’avec un masque, nous sommes protégés de tout. Il ne faudra pas oublier tous les conseils que j’ai donnés plus haut sur la bonne utilisation d’un masque, ne pas le garder toute la journée, le laver régulièrement, se laver les mains et ne pas le mettre sur ses cheveux ou son menton.

En dehors de cela, il est tout de même agréable de porter un joli masque et en ce sens, je continuerai à vous en proposer avec les jolis tissus Zumeline !

Et pour ceux qui préfèrent critiquer les masques en tissu en disant que ça ne sert à rien et que ce n’est pas du FFP2 et donc inutile, c’est votre droit ! Mais chaque barrière entre nous et le virus et surtout entre nous et les autres est UTILE ! A bon entendeur !

Une petite note d’humour pour terminer votre lecture 😉

van gogh masque coronavirus oreille cassée
Petite note d’humour !

J’espère que cet article vous a plu, vous a appris des choses et vous servira ! Nous pouvons échanger à ce sujet dans les commentaires juste en dessous ! Et en plus, ça nous fera du bien de « parler », alors n’hésitez pas !

En attendant, on ne le répétera jamais assez : RESTEZ CHEZ VOUS !

zumeline restez chez vous coronavirus juvisy